Retour au Plan

INDICATIONS BIBLIQUES
QUI ? / OÙ ? / QUAND ? / COMMENT ? / POURQUOI ?


Sans renier la valeur du message spirituel de la Bible, force est de constater qu’elle est la compilation de traditions et de récits remontant à un passé  lointain, transcrits à des époques différentes, par des auteurs différents, dans des styles littéraires différents. Certains textes doivent être compris au sens littéral; d’autres doivent être interprétés d’une manière symbolique et nécessitent une bonne connaissance du contexte historique et culturel; enfin quelques-uns sont incompréhensibles à l’homme sans l’aide de Dieu. (10)

Les paroles de la Bible sont comparables aux étoiles du firmament, car les unes et les autres sont toutes le reflet d’autres mondes et servent à guider les hommes dans l’obscurité. Ceux-ci les ont regroupées en cha- pitres ou en constellations selon leur compréhension et leur imagination. Ainsi, tout comme deux étoiles paraissant voisines peuvent être en fait séparées par des distances incommensurables, deux prophéties d’un même chapitre peuvent se rapporter à des événements très éloignés dans le temps et dans l’espace.

La traduction des textes originaux en d’autres langues est une source majeure d’erreur et d’incompréhension. Ainsi, certaines traditions perpétuent la croyance en une destruction du monde lors du retour du Christ. Mais si l’on s’en réfère au texte grec de la Bible (Septante) qui fait autorité, on constate que Jésus-Christ affirme à Ses disciples qu’Il sera avec eux tous les jours jusqu’à "l’achèvement de l’ère" (Eon : aiôn en grec) (11), donc jusqu’à la fin d’une époque et non pas jusqu’à la fin du monde physique, qu’on exprimerait en grec par le mot kosmos.

Étudions maintenant la Bible pour y trouver des informations et essayer de répondre aux questions élémentaires que se pose tout enquêteur : Qui ?, Où ?, Quand ?, Comment ?, et Pourquoi ?

QUI  ? : Un descendant de Jessé que l’on nommera "Gloire de Dieu" Δ

Au début du onzième chapitre d’Esaïe, une prophétie annonçant la venue et le règne du Messie révèle qu’Il sera un homme issu de la postérité de Jessé (appelé aussi Ishaï, père de David et descendant d’Abraham). Si l’on désire rapporter cette prophétie à Jésus-Christ, il faut bien reconnaître que Sa venue ne l’a accomplie que partiellement au sens symbolique, et pratiquement pas au sens littéral : en effet, si Jésus était bien un descendant de Jessé et possédait les qualités décrites, la paix universelle symboliquement annoncée n’a pas été instaurée, et les juifs furent non pas rassemblés mais dispersés à travers le monde (12). Il est donc logique de penser que cette prophétie se rapporte à quelqu’un d’autre.

Jésus-Christ annonça la venue du Paraclet (le Consolateur), qui sera envoyé par le Père pour guider les hommes à l’entière vérité, leur rappeler les enseignements de Jésus et annoncer l’avenir  (13). Selon les chrétiens, il ne s’agit pas d’un homme, mais du Saint-Esprit que reçurent les apôtres à la Pentecôte. Il faut cependant noter que ce Paraclet agira comme tous les autres prophètes humains de la Bible : Il ne parlera pas de lui-même mais dira tout ce qu’Il entendra et prédira l’avenir ! (14) C’est ainsi qu’agirent Moïse (15) et Jésus (16), qui se nommait Lui-même "prophète" (17) et était perçu ainsi par les autres (18). Même si Jésus ne révéla pas toute la vérité à Ses disciples (19) , quel nouvel enseignement non révélé par le Christ apporta donc aux apôtres le Saint-Esprit ?  Aucun, à mon avis !

Bien qu’ayant sans ambiguïté annoncé Son "retour" (20), Jésus-Christ conseilla à Ses disciples de ne pas croire ceux qui annonceront que le Christ est revenu ici ou là (21). Serait-ce parce qu’Il portera un nouveau nom lors de Son retour, tout comme Ses disciples et la "nouvelle Jérusalem" ?  (22)

Il est à remarquer qu’un nom est souvent mis en relation avec le retour du Messie à la "fin des temps" : c’est celui de la "Gloire de Dieu" (ou d’un nom équivalent car : Dieu, Père, Elohim, Éternel et YHVH désignent la même Réalité, tout comme Gloire, Splendeur et Majesté évoquent la même idée). (23)

OÙ  ?  :   Sur le mont Carmel, en Palestine. Δ


La Bible annonce que le mont Carmel, dont le nom Kerem El signifie en hébreux le Verger ou le Vignoble de Dieu, verra la gloire de Dieu,  que sur lui siégera la justice, et qu’on y fera paître le "troupeau" (24).

Le mont Carmel est la montagne où le prophète Élie vainquit les prêtres idolâtres de Baal (25). Il est situé au bord de la mer Méditerranée, dans la partie septentrionale de l’antique pays de Canaan qui sera appelé la Palestine. Il domine le port de Haïfa, au nord de la Terre Sainte. (26)


COMMENT  ?  : En venant de l’Orient et en passant par la "Porte" Δ


Au début du quarante-troisième chapitre de son livre, Ézéchiel révèle qu’après avoir quitté le Temple, la "gloire de Dieu " y revient en venant de l’orient et en passant par la "porte", pour y résider éternellement. Ézéchiel raconte que c’est la troisième fois qu’il a eu cette vision de la "gloire de Dieu", où il discerne comme une "figure d’homme". (27)

Le premier Temple de Jérusalem fut détruit en 586 Av.JC par Nabuchodonosor II. Le second Temple fut rebâti en 516 Av.JC, après le retour de l’exil à Babylone, puis restauré par Hérode I le Grand. Ce second Temple, à peine achevé à l’époque de Jésus-Christ, fut détruit en 70 Ap.JC par les légions romaines. Bien que cette prophétie d’Ézéchiel fut faite durant l’exil de Juda à Babylone, il semble difficile de la rapporter uniquement à l’édifice matériel du second Temple puisque celui-ci fut détruit complètement, alors que la "gloire de Dieu" doit y résider éternellement. Il est à noter que, d’après la tradition judaïque, le troisième Temple devrait être construit après l’avènement du Messie.

Plutôt que l'annonce de la reconstruction d’un temple de pierre et de bois, ne pourrait on y voir l’annonce symbolique de la venue de l’Esprit de Dieu dans un "temple humain", un Prophète, comme le fit Jésus-Christ en Se comparant au Temple, ou à la Porte par laquelle arrive le salut (28).

POURQUOI  ?  :   Pour établir sur terre le "royaume de Dieu". Δ


En parcourant la Bible, on peut apprendre que ce messager divin viendra pour glorifier le Christ, rappeler ses enseignements, guider à la vérité toute entière et annoncer les événements à venir (29); mais aussi pour "détrôner les rois" (30), ouvrir et expliquer les livres saints "scellés jusqu’à la fin des temps" (31), et établir sur terre le "royaume de Dieu" en rassemblant l’humanité dans la paix, l’amour, l’unité et la justice (32).

QUAND  ?  :   À partir de l’année grégorienne 1844. Δ


Jésus-Christ conseilla à ses disciples de veiller et de prier, car personne sauf le Père ne connaît le jour et l’heure de Son retour (33). Essayons quand même de trouver quelques informations dans la Bible :

A ) COMMENT  CALCULER  LE  TEMPS  SELON  LES  PROPHÉTIES BIBLIQUES  : Δ

Le temps, dans les prophéties, a une valeur symbolique selon laquelle UN JOUR équivaut à UN AN (34) de 12 mois ou 360 jours (selon la durée du Déluge dans la Genèse) (35). Il faut compter de plus avec le fait que l’année “0” n’existe pas et que l’an 01 Ap.JC. suit immédiatement l’an 01 Av.JC.

Chaque civilisation possède son propre calendrier pour compter le temps : le calendrier grégorien (solaire) compte 365,25 jours pour une année, tandis que le calendrier islamique (lunaire) n’en compte que 354,37. Cela entraîne donc un décalage annuel d’environ onze jours entre les calendriers solaires et lunaires. L’astronome grec Méton découvrit, au Vème siècle avant JC., qu'un cycle de 19 années solaires correspond à 235 mois lunaires.

B ) LES  3  PROMESSES  DU CHRIST ( dont l’accomplissement annoncera Son retour)  Δ

La première est que l’Évangile de Jésus sera prêché à toutes les nations avant que n’arrive la "fin des temps". Certains spécialistes pensent que cela se réalisa dans la seconde moitié du XIX° siècle, lors de l’expansion coloniale des pays européens vers l’Afrique et l’Asie.(36).

La seconde promesse est que Jérusalem sera opprimée et les juifs exilés jusqu’à ce que le "temps des gentils" (goïm) ou des "nations" soit accompli : cela signifie que les juifs pourront retourner en Israël lors du retour du Christ. Or, le 21 Mars 1844, par son édit de tolérance, le gouvernement turc consentit à garantir la libre pratique religieuse dans son empire, ce qui permit aux juifs de revenir en Palestine en toute sécurité et d’y fonder plus tard l’état d’Israël (37).

La troisième promesse est que l’on doit être en éveil lorsque l’on verra l’horreur dévastatrice dont a parlé le prophète Daniel (38). Jésus-Christ attire ainsi notre attention sur les prophéties de Daniel qui parlent de Sa venue et de Son retour.

C ) LES  PROPHÉTIES  DE  DANIEL,dont les écrits bahá’ís donnent une explication (39) Δ

"Il s’écoulera 70 semaines entre l’ordre de reconstruire les murs de Jérusalem et la mise à mort d’un Messie" (le Messie est "celui qui a reçu l’onction divine", cette expression étant traduite par Christos en grec et Mashiah en hébreux) (40). Selon les conventions bibliques déjà citées, 70 ( 7+62+1 ) semaines font 490 jours équivalant symboliquement à 490 ans.  Il y eut 4 édits des rois de Perse pour rebâtir Jérusalem (41) :

L’édit de Cyrus, vers 538 Av.JC, mais après lequel rien ne se produisit.
L’édit de Darius, vers 519 Av.JC, mais après lequel seul le Temple fut reconstruit.
L’édit d’Artaxerxès, vers 457 Av.JC, qui fut suivi de la reconstruction des murs de Jérusalem.
L’édit d’Artaxerxès,  vers 444 Av.JC, qui confirma le troisième édit.
Il s’écoula bien 490 ans entre l’édit d’Artaxerxès,vers 457 Av.JC,et la mort de Jésus-Christ,vers 33 Ap.JC

"2300 soirs et matins ; puis le sanctuaire sera purifié…Pour toi tiens secrète cette vision, car elle se rapporte à des temps éloignés" (42). Or selon les conventions bibliques, 2300 soirs et matins font 2300 jours, équivalant symboliquement à 2300 ans. Si on calcule cette période à partir du même édit, on cons- tate que les 2300 ans s’achèvent en 1843 : le Christ serait donc de retour en 1844, qui est l’année de la déclaration du Báb et le début de l’ère Bahá’íe. Et il s’écoula bien 2300 ans entre l’édit d’Artaxerxès, qui permit à Esdras de quitter Babylone pour Jérusalem (1 Nisan 457 Av.JC) (43), et la promulgation par l’empire ottoman de l’édit de tolérance qui permit aux juifs de revenir en Palestine (1 Nisan : 21 Mars 1844).

D ) RELATIONS  ENTRE  LE  NOMBRE  1260  ET  LA "FIN DES TEMPS" : Δ

 On retrouve plusieurs fois le nombre 1260, ou son équivalent, dans les prophéties bibliques concernant la "fin des temps" :

Au début du chapitre douze de l’Apocalypse, il est dit que la femme descendue du ciel est attaquée par le dragon et trouve refuge au désert durant 3 temps 1/2 ou 1260 jours. Elle mettra au monde l’enfant mâle qui gouvernera toutes les nations. (44)

Au début du douzième chapitre du livre de Daniel, il est révélé que le temps des épreuves durera "un temps, des temps (ou deux temps en grec) et la moitié d’un temps", soit 3 temps 1/2. On peut considérer que selon ce que nous avons déjà vu, ces 3 temps 1/2 sont équivalents à 3 ans 1/2 ou 42 mois, ou 1260 jours-années. (45)

Au début du onzième chapitre de l’Apocalypse (46), il est indiqué que le parvis du Temple sera foulé 42 mois (soit symboliquement 1260 jours-années). Il y est aussi prédit que les deux témoins prophétiseront durant 1260 jours, puis qu’ils seront tués par la Bête et que toutes les nations regarderont joyeusement leurs cadavres sans sépulture durant 3 jours et demi. Et que passé ce délai  Dieu insufflera en eux l’esprit de vie, et qu’ils se relèveront pour monter au ciel, entourés de nuages.  De toute évidence, ce passage insiste fortement sur le nombre 1260, car selon les conventions déjà citées : 3 jours 1/2 équivalent symbo- liquement à 3 ans 1/2, soit 42 mois ou 1260 jours, équivalant symboliquement à 1260 ans.

Les écrits bahá’ís révèlent que ces différentes prophéties font toutes allusion à l’islam :

La  femme venue du ciel  est la révélation et la loi du prophète Muhammad (l’islam) qui dureront 1260 années, jusqu’à la manifestation du prochain messager divin (Al-Mihdí ou Al-Qá’im) qui est l’enfant mis au monde par la femme et est annoncé par l’islam. (47)

Les musulmans occupèrent Jérusalem à partir de 637 Ap.JC, succédant ainsi à l’envahisseur romain. (48)

Les deux témoins sont Muhammad et ‘Alí, dont les commandements seront valides 1260 ans, jusqu’à la  résurrection des deux cadavres, c’est à dire jusqu’à la manifestation du Mihdí et de son plus fidèle disciple.(49)

Comme toutes ces prophéties ont trait à l’islam, il est logique de calculer cette période prophétique de 1260 ans selon le calendrier islamique : on constate alors que l’an 1260 Ap.H. coïncide avec l’année grégorienne 1844

E )   "LES  TEMPLIERS" Δ

Est-ce que ces déductions ne sont que pures fantaisies ? Voici l’histoire d’hommes qui crurent fermement que non ! Ayant étudié intensément la Bible, des protestants allemands, surnommés les "templiers", furent convaincus que le Christ reviendra en 1844 sur le mont Carmel. Ils émigrèrent donc en Palestine et s’installèrent à Haïfa, au pied du mont Carmel, pour y attendre le retour du Christ. Sur le linteau de la porte de certaines maisons de cette colonie allemande est gravée l’inscription suivante : "DER HERR IST NAHE" ("le Seigneur est proche"). Par-delà le golfe, face à eux, se dressait la prison de Saint Jean-d’Acre où fut incarcéré Bahá’u’lláh à partir de 1868.  

ACCUEIL  /  ETERNEL APPEL Δ